Déclaration à l’occasion de la Journée internationale des migrants (2009)

By  on décembre, 10 2009


18 décembre 2009—En 2009, la Journée internationale des migrants intervient à la fin de la Conférence de l'ONU sur le changement climatique qui se déroule à Copenhague, au Danemark. Cette coïncidence nous rappelle qu'environ 25 millions de personnes dans le monde ont été obligées de quitter leur terre natale et leur communauté en raison des effets dévastateurs du changement climatique. C’est l’un des facteurs les moins connus de la migration. Les gens migrent et sont déplacés pour de nombreuses raisons : pour échapper aux conséquences de la guerre, aux régimes répressifs et aux persécutions, pour trouver des conditions économiques plus favorables pour leur famille ou avoir une meilleure vie On estime que près d’un milliard de personnes sont en déplacement dans leur propre pays et à l’étranger. Sur ce total, 200 millions sont des migrants internationaux (Rapport sur le développement humain du PNUD 2009).

Lorsque les gens migrent à l'intérieur ou à l'extérieur de leurs frontières, ils entreprennent un voyage empreint d'espoir et d'incertitude. Au cours de ce voyage, il se peut parfois que leurs droits soient enfreints à plusieurs reprises. Les migrants sont des êtres humains dont les droits doivent être pleinement respectés.

La WACC soutient les droits à la communication des migrants, des personnes déplacées et des réfugiés par le biais de partenariats avec des organisations oeuvrant en faveur de ces derniers. Parmi ces organisations, citons la Mission des migrants d'Asie et du Pacifique, une association régionale basée à Hong Kong et défendant les droits des migrants.

Son directeur, Ramon Bultron déclare : « Les migrants, en particulier les sans-papiers, sont dénués de leur droit à la communication. Dans de nombreux pays, ils sont traités comme des criminels et leurs droits fondamentaux ne sont pas reconnus. Pire, dans plusieurs pays de l'Union européenne, ils sont menacés d’arrestation, d’emprisonnement et de déportation, en raison de la « Directive retour » récemment adoptée par l’UE. Les migrants sont également victimes de la répression continue en Corée du Sud, en Malaisie et au Japon. » En 2008, l’assemblée générale fondatrice de l’Alliance internationale des migrants (AIM) a adopté le thème « Pendant longtemps, les autres ont parlé à notre place.

Maintenant, nous prenons la parole. » Les personnes directement concernées par la migration peuvent ainsi retrouver une certaine dignité en s’exprimant directement au lieu de laisser des organisations intermédiaires parler à leur place. Le discours sur la migration et le développement constitue un autre sujet d’importance, notamment avec ceux qui considèrent la migration comme une stratégie de développement économique pour résoudre la crise mondiale.

La WACC exhorte les organisations et les réseaux de communication à prendre des mesures afin de s'assurer que les migrants, les réfugiés et les personnes déplacées soient entendues. Elle appelle les professionnels des médias à vérifier que les besoins des migrants sont pris en compte et que ces derniers sont représentés de manière juste, équitable et cohérente, qu'ils sont entendus et que leur droit de parole est respecté.

Pour de plus amples renseignements, contactez : TA@waccglobal.org, 

Responsable du programme des droits à la communication


décembre, 10 2009
Categories:  Calls for Action

Add A Comment

Comment

Allowed HTML: <b>, <i>, <u>

Commentaires

 

 





Copyright © WACC


 2016