Objectif zéro grâce à la collaboration interconfessionnelle

By  on diciembre 01, 2012


À l’occasion de la Journée mondiale du SIDA, le 1er décembre 2012, l’Association mondiale pour la communication chrétienne (WACC) exhorte ses partenaires et ses réseaux à intégrer, dans leurs interventions, des approches interconfessionnelles en vue de réduire la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes vivant avec et affectées par le VIH et le sida.

Jusqu’en 2015, le thème est le suivant : « Objectif zéro: zéro infection à VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida ». Au sein des communautés où coexistent plusieurs traditions religieuses, les interventions de lutte contre la stigmatisation seront d’autant plus efficace si elles adoptent des approches reconnaissant les différences et misant sur une stratégie de rassemblement interconfessionnel.

On trouve de nombreux exemples positifs de coopération interreligieuse chez les partenaires de projet de la WACC. Au Pakistan, à Lahore, la Commission oecuménique pour le développement humain (Ecumenical Commission for Human Development - ECHD) a réuni chrétiens et musulmans dans le cadre d’une initiative de lutte contre la stigmatisation. Elle a facilité le dialogue interreligieux et a organisé un sommet interreligieux pour les jeunes et les chefs religieux.

Soulignant l’importance de l’approche interconfessionnelle, le directeur de l’ECHD, M. James Rehmat a déclaré : « Églises, mosquées, temples et autres collaborent et diffusent des informations sur le VIH à toutes les couches de la population, si bien que personne n’est oublié et que toutes les religions communiquent le même message de façon cohérente.”

Dans le cadre d’un second projet actuellement en cours à Lahore, au Pakistan, la Société de sensibilisation au sida (Aids Awareness Society) travaille avec des chefs religieux chrétiens, musulmans, hindous et sikhs afin de réduire les écarts de connaissance concernant la stigmatisation et la discrimination liées au VIH. Le projet devrait toucher près de 50 000 personnes au sein des communautés desservies par ces chefs religieux.

Dans le district de Fantalee, en Éthiopie, l’Initiative de la vallée du Rift pour le progrès rural (Rift Valley Initiative for Rural Advancement - RIRA) a réuni des chefs traditionnels chrétiens et musulmans, et les très influents Gadas, afin de mieux comprendre la stigmatisation et la discrimination au sein des communautés d’éleveurs. Le directeur exécutif de la RIRA, M. Abdi Ahmed a déclaré : « Les chefs religieux jouissent d’une grande visibilité et ont beaucoupd’ influence sur les membres de leur communauté. Ils ont contribué à faire évoluer la vision négative, notamment des éleveurs et des bergers, mais aussi de l’ensemble de la société, à l’égard du VIH et du sida. Le changement est palpable quand on les entend parler en public du VIH ou du sida. »

À Lagos, au Nigeria, un projet pluriannuel mis en oeuvre par Hope for HIV/AIDS International (HFA) grâce à l’aide financière consentie par le Ministère britannique pour le développement international, fait appel aux chefs chrétiens, musulmans et traditionnels pour surmonter la stigmatisation et la discrimination liées au VIH. Actuellement dans sa deuxième année, le projet a apporté des enseignements inestimables sur la volonté des chefs des différentes traditions religieuses de dialoguer positivement.

Mme Lolade Abioye, responsable de projet chez HFA, a déclaré : « Quelle que soit leur penchant religieux, les chefs chrétiens et musulmans reconnaissent l’unicité de Dieu, et se reconnaissent aussi mutuellement. Lors des séminaires de formation, les imams et les pasteurs ont exprimé leur respect vis-à-vis de leurs traditions religieuses respectives ».

Aujourd’hui, partout dans le monde, de nombreux éléments prouvent que la communication et le dialogue interreligieux modifient les attitudes lorsqu’il s’agit de combattre la stigmatisation et la discrimination. La communication véritable et sans exclusion permet de mieux se comprendre et d’apaiser les tensions contrairement aux actes qui tendent à isoler les groupes vulnérables ou à susciter la violence à leur encontre.

Dans le cadre de la Journée mondiale du sida, la WACC encourage ses membres, partenaires et réseaux à explorer et saisir les occasions leur permettant de créer des espaces de collaboration interconfessionnelle en vue de lutter contre la stigmatisation et la discrimination à l’encontre des personnes vivant avec et affectées par le VIH et le sida.

Les partenaires de projet de la WACC cités ci-dessus ont obtenu un financement des organismes Evangelischer Entwicklungsdienst (EED), en Allemagne, et Stichting Rotterdam, aux Pays-Bas.


diciembre 01, 2012
Categories:  Calls for Action

Add A Comment

Comment

Allowed HTML: <b>, <i>, <u>

Comments

Copyright © WACC

 

 2016